< Französische Sprichwörter >

Qui boute l'un, il frappe l'autre.

Qui boute l'ung, il frappe l'autre.

Qui cache ses fautes, en veut faire encore.

Qui cache son secret, obtient ce qu'il désire.

Qui caresse et prie le villain, offense noblesse, fatigue en vain.

Qui casse les verres, les paie.

Qui cède le haut du pavé, s'élargit le chemin.

Qui cerche garison du myre, luy convient son meshaing dire.

Qui cerche le mal, bien tost le trouve.

Qui cerche pain meilleur que froment, n'est a plaindre si faim le surprend.

Qui cerche, il pesche.

Qui cerche, il trouve.

Qui change de couleur en voyant de l'or, changerait de geste s'il n'était pas vu.

Qui change de femme change de demon.

Qui change de place se délasse.

Qui change le loy de sa patrie est plein de legère follie.

Qui change souvent de maison, perd temps, bien et saison.

Qui chante à table et siffle au lit n'a pas tout son bon sens.

Qui chante au lit et à table est bien près d'être fou s'il ne l'est déjà.

Qui chante au lit et siffle à table, s'il n'est pas sot il ne s'en faut de guère.

Qui chante faux a la tête malade.

Qui chapon mange, chapon lui revient.

Qui chapon mange, chapon luy vient.

Qui charge a, souci a.

Qui chasse deux lièvres, n'en prend pas un.

Qui cherche les hauts secrets d'une science se cherche un bon maistre.

Qui cherche malheur et il le trouve, il n'a pas perdu sa peine.

Qui cherche rapine, cherche office.

Qui cherche trop, a rien.

Qui cherche trouve.

Qui cherche un ami sans défauts, reste sans ami.

Qui cherche, il trouve.

Qui cherche, trouve.

Qui chestif envoye a la mer, il n'en rapporte poisson ne sel.

Qui chetif envoie a la mer n'en raporte poisson ne sel.

Qui chetif envoye a la mer ; il n'en rapporte poisson ne sel.

Qui chetif envoye a la mer, il n'en rapporte ne poisson ne sel.

Qui chetif envoye a la mer, n'attende poisson saumure ne sel.

Qui chetif envoye a la mer, qu'il n'en rattende poisson ne sel.

Qui chiet de haut, meurt a my voye.

Qui choisit il prend le pire.

Qui choisit se vole.

Qui chrache en lair, il recoipt le chrachat sur soy.

Qui combat avec le boiteux, au bout d'un an est boiteux et sans force.

Qui combat pour la loy a prou d'eloy.

Qui commande, paie.

Qui commence a estre Dieu a son serviteur il doit devenir tout Dieu.

Qui commence a estre liberal il doit devenir prodigue.

Qui commence a prendre conseil pour proces commence a perdre.

Qui commence bien, fint bien.

Qui commence claude galien est un bon fat et un faict rien.

Qui commence et ne parfait, sa peine perd.

Qui commence, ne peut achever.

Qui commet le crime et l'office, patir en doibt la penitence.

Qui commet l'offence, tolère la penitence.

Qui commun sert, nul ne l'en paye et s'il mesprend chascun l'abaye.bis oncques n'ayma bien qui pour peu hait.

Qui compte sans Dieu n'a getons ny arithmetique.

Qui compte sans son hôte, compte deux fois.

Qui conduit dans le fossé,
Y tombera le premier.

Qui conduit femme et anesse n'est pas sans peine.

Qui confesse avoir la verolle est demy guery.

Qui confesse son aise et son heur, invocque fortune et son malheur.

Qui connaît son cœur, se défie de ses yeux.

Qui connaît son coeur, se défie de ses yeux.

Qui conseil sans estre appele approche, est imprudent et digne de grand reproche.

Qui conte sans son hoste, conte deux fois avant qu'on oste.

Qui contre aguillon recule, deux fois le point.

Qui contre aigullon recule deux fois se point.

Qui contre aultruy a commis quelque injure, d'aultruy convient qu'il la soufre et l'endure.

Qui couche avec les chiens, se lève avec des puces.

Qui coule la lessive le saint vendredi veut la mort de son mari.

Qui coupe son nez, deffigure son visage.

Qui court de nuict court a la mort.

Qui court et fuit, trouve qui le suit.

Qui court n'est pas tenu.

Qui court trop vite, reste en chemin.

Qui courtise n'a pas froid.

Qui crache contre le ciel, il lui retombe dessus.

Qui crache en l'air, cela lui retombe sur le nez.

Qui craind Dieu est seur en tout lien.

Qui craind la peau, forme l'appeau.

Qui craind n'a jugement sain.

Qui craint de souffrir, souffre de la crainte.

Qui craint de souffrir, souffre déjà ce qu'il craint.

Qui craint Dieu, son ennemy le craint.

Qui croid un conteur de nouvelles, oid souvent des frivolles belles (ou des bourdes belles).

Qui croit le délateur, n'aura guère d'amis.

Qui croit le faton n'a que faire de pons.

Qui croit legerement, vaut pis qu'un menteur.

Qui croit sa femme et son cure, est en danger d'estre damne.

Qui croit sa femme ou son cure court grand risque d'etre damne.

Qui croit sa femme se trompe qui ne la croit pas est trompe.

Qui cuide estre sage, il est fol.

Qui cuide estre saige, il est fol.

Qui cuir voit tailler couroie demande.

Qui cuir voit tailler courroye en demande.

Qui cure est, scavoir doit que cure est.

Qui cuyde estre sage, il fol.

Qui d'amour se prend de rage se quitte.

Qui danse bien sans menestrier, peut bien chevaucher sans estrier.

Qui d'aultruy bien se vest, tost se devest.

Qui d'aultruy conseil approche, est imprudent digne de reproche.

Qui d'aultruy prend, subject se rend.

Qui d'aultruy tromper se met en peine, souvent luy advient la peine.

Qui d'aultruy veste se vest, a blasme tost se devest.

Qui d'aultruy veut avoir compassion, soy mesme ne mette en oblivion.

Qui d'autruy mesdire voudra, regarde a soy il se taira.

Qui d'autruy prend, soubiect se rend.

Qui d'autruy prend, subject se rend.

Qui d'autruy se vest, tost se devest.

Qui d'autruy tromper se met en peine, luy advient souvent la peine.

Qui d'autruy tromper se met en pene, souvent luy advient la pene.

Qui de chascun veut estre bien ayme, laisse toutes choses comme il les trouve.

Qui de chose bonne abuse, sa propre santé accuse.

Qui de coustume mort labille, trouve a chacun trou sa cheville.

Qui de Dieu est ayme, de Dieu est visite.

Qui de Dieu n'a la cognoissance, de sagesse n'aura jouissance.

Qui de Dieu veut estre benit, die de coeur pur, Dieu soit benit.

Qui de femme veut avoir grace, jamais en rigle ne la tienne.

Qui de feu a mestier, au doy le quiert.

Qui de folie est enferme, est en poure et piteux terme.

Qui de follie est malade, a bien guerrir mont tarde.

Qui de friant vin est amy, de soy-mesme est gref ennemy.

Qui de glaive fera aultruy ; a glaive ira le corps de luy.

Qui de glaive fierra autruy, a glaive ira le corps de luy.

Qui de honneur n'a cure honte est sa droicture.

Qui de jour sage est repute, de nuict fol n'est pas estime.

Qui de jour te verroit, de nuit ne te voudroit.

Qui de l'incogneu tost se fie, commet grand follie.

Qui de l'oeil void, de coeur croid.

Qui de loin s'est marie s'il n'attrappe pas est attrappe.

Qui de mal faire ne prend honte, tost ou tard en rendra compte.

Qui de mastin faict son compere, ne doibt plus baston porter.

Qui de mastin faict son compere, plus de baston doit porter.

Qui de mastin fait son compère ; ne doibt porter plus de baston.

Qui de mastin fait son compere, plus de baston ne doibt porter.

Qui de mastin fait son compere, plus de baston ne doit porter.

Qui de moy se trompe, souvent de sa trompe est souvent trompe.

Qui de pain sec se contente, trouve à se nourrir en tout lieu.

Qui de poule naît, de poule gratte le sol.

Qui de raison est satiable, deux fois il peut mettre la table.

Qui de rien ne se cure, vit tousjours a l'aventure.

Qui de science est amateur, d'icelle en est ja possesseur.

Qui de ses subjects est hay, il n'est pas maistre de son pays.

Qui de ses subjects est hays, n'est pas seigneur de son pays.

Qui de ses subjetz est hais, n'est pas seigneur de son pais.

Qui de son ventre fait un jardin, au bout de l'an n'en voit la fin.

Qui de soy seul a soulci, ne vault guère plus de solz ny.

Qui de tout se taist de tout a paix.

Qui de tout se taist, de tout a paix.

Qui de tout se tait, de tout a paix.

Qui de tout veut faire mesnage de son pays hayt l'avantage.

Qui deable achete, deable vent.

Qui decele l'infamie de sa femme, est vroy tyran de sa propre fame.

Qui dedire faict un tesmoin en veut avoir a toute main.

Qui demande au malade s'il veult santé.

Qui demande l'hiver avant Noël, en demande deux.

Qui demande ne commande.

Qui demande, achète assez.

Qui demande, apprend.

Qui demeure aux villes au moys de may n'a point de printemps.

Qui demeure avec les bons il vit en paix.

Qui demeure tousjours auprès d'un noc a besoin de grand pabulon.

Qui demeure trop a se marier il s'advance d'estre cocu.

Qui depense la dot en joyaux de sa femme est le jouet.

Qui des chausses de sa femme fait chaperon, ne sait pas ce qu'il veut.

Qui désire vivre sain.
Dîne peu et soupe encor moins.

Qui desobeit ses peres et mère, pourra bien desobeir un mary.

Qui despend plus qu'il ne gaigne il meurt pauvre et rien ne gaigne.

Qui desprise le bien et loue le mal, est au mauvais semblable et egal.

Qui desrobbe(dit macrobe)ne fait pas robbe.

Qui deux lievres chasse, l'un perd et l'autre laisse.

Qui devant soy ne regarde, demeure a l'arière garde.

Qui d'honneste femme est separe, d'un bon divin est prive.

Qui d'honneur n'a cure ; honte est sa droiture.

Qui d'honneur n'a cure, blame est sa droiture.

Qui d'honneur n'a cure, honte est sa droicture.

Qui diable achate diable vent.

Qui diable achepte diable revend.

Qui diable achete, diable vend.

Qui dict en public son vouloir, il tend ses rets devant l'oiseau.

Qui dict mal d'amours, dict mal de tout.

Qui Dieu quitte bien est eureux.

Qui Dieu sert a bon maistre.

Qui dilaye, n'achene pas.

Qui dira tout ce qu'il voudra, orra ce qu'il ne luy plaira.

Qui dira tout ce qu'il vouldra, oyrra ce que ne luy plaira.

Qui disne tart, il n'a que soupper.

Qui disne tout il n'a que soupper.

Qui disne tout, il n'a que souper.

Qui dit ce que ne devroit, vit souvent ce que ne voudroit.

Qui dit fortune, ne dit pas félicité.

Qui dit la vérité, se fait exiler.

Qui dit moquerie,
Ne dit pas précisément esprit.

Qui dit rien, accepte.

Qui dit souvent ce qu'il veut, vit souvent ce qu'ouir ne peut.

Qui dit tout, n'excepte rien.

Qui dit trop, ne dit rien.

Qui doibt a chascun est en grand soucy.

Qui doibt a grand diable aller, il n'a que demourer.

Qui doibt a luc et paye a francois, paye une aultre fois.

Qui doibt et a plaids s'avoisine, a pure misère il s'enchemine.

Qui doibt prendre ne doibt noyer.

Qui doibt une fois aveugler, par les yeulx a de commencer.

Qui doibt, il a tort.

Qui doibt, mord son doigdt.

Qui doit n'a rien à soi.

Qui doit pendre ne peut noyer.

Qui doit, il a le tort.

Qui dom denier maine a son plait, quant qu'il demande est tantost fait.

Qui donne a disner a plus grand que soy prend le chaperon d'un fol.

Qui donne au commun, ne donne à pas un.

Qui donne aux pauvres prête à Dieu.

Qui donne aux pauvres, donne à Dieu.

Qui donne aux pauvres, prête à Dieu.

Qui donne cher vend, sy villain n'est celuy qui prend.

Qui donne corps et coeur a dame, est quict d'argent, d'avoir et d'ame.

Qui donne denier meine a son plaid, quant qu'il demande, est tantost faict.

Qui donne Dieu luy donne.

Qui donne du mauvais vin à ses hôtes, ne boit chez eux que du thé.

Qui donne le cheval donne le frain.

Qui donne le sien avant mourir, bien tost s'opreste a mont souffrir.

Qui donne mal, ne donne rien.

Qui donne son bien avant de mourir,
Peut s'apprêter à souffrir.

Qui donne tôt, donne deux fois.

Qui donner puet, il a maint bon voisin.

Qui dort bien puces ne craint.

Qui dort demy la nuict d'hyver dort trop.

Qui dort dine qui fait l'amour goute.

Qui dort dine qui fait l'amour soupe.

Qui dort dîne.

Qui dort en aougst dort a son coust.

Qui dort en aougst, dort a son coust.

Qui dort grasse matinée trotte toute la journée.

Qui dort il seiche.

Qui dort il souppe.

Qui dort jusques a soleil levant, il meurt pauvre finablement.

Qui dort jusques a soleil levant, vit en misère jusques au couchant.

Qui dort jusques au soleil levant, meure pauvre finablement.

Qui dort ne pense pas à mal.

Qui dort trop a la tête comme une citrouille.

Qui dort, dine.

Qui dort, dîne.

Qui double son fumier, double son champ.

Qui doucement nourrit son serviteur a la parfin le verra fier et orgueilleux.

Qui doulcement en jeunesse nourrist son serviteur, en fin le trouvera fier et despiteux.

Qui du faict d'autruy se mesle n'est pas sage.

Qui du faict d'autruy se mesle, il n'est pas sage au jour de feste.

Qui du fait d'aultruy se mesle, il n'est pas saige.

Qui du feu a besoing et mestier, cercher le doibt es cendres et foyer.

Qui du feu a mestier au doy le quiert.

Qui du mal ignore l'origine, n'ordonne a l'inferme medicine.mal peut curer l'infirmite, qui n'en cognoit la qualite.

Qui du monde separe l'amitie, este du soleil la clarte.

Qui du sien donne, Dieu luy donne.

Qui du sien donne, Dieu luy redonne.

Qui d'un gosier felon se mocque du paysant se mocque de son sang et de son père grand.

Qui écoute aux portes, entendra mal parler sur son compte.

Qui ecoute sa femme et son cure ne manquent point de pauvrete.

Qui édifie en grande place faict maison trop haute ou trop basse.

Qui edifie, trop se fye et se marye, sa bourse purge et purifie.

Qui élargit son cœur, rétrécit sa bouche.

Qui eloigne de l'oeil, eloigne de coeur.

Qui empesche souvent ses yeux les use.

Qui emprunte pert tout.

Qui emprunte pour bâtir, bâtit pour vendre.

Qui en bien ne persevere, a soy mesme est moult severe.

Qui en ce monde a suffisance, de tous biens a la jouissance.

Qui en court a ses despens court ne scait ou il court.

Qui en estrange contrée prend noise a dommage.

Qui en hoste se marie, a loisir se repent.

Qui en jeu entre jouer luy convient.

Qui en jeu entre, jouer le convient.

Qui en jeu est, jouer luy convient.

Qui en la mer prend son refuge, de son mef-fait la tarre y purge.

Qui en maints lieux son coeur espard, part tout a petite part.

Qui en maints lieux son coeur espart, par tout en a petite part.

Qui en my aougst n'a son mantel, il ne l'ha mye tout yver.

Qui en sa prosperite met Dieu en oubly, en adversite ne sera exauce n'ouy.

Qui en sa vie Dieu oublie, en sa mort sera mis en oubly.

Qui en ses dits et faits est veritable, d'un bien impérissable est héritable.

Qui en son vivant met Dieu en obli, a la mort ne luy souvient de luy.

Qui en son vivant met Dieu en oubly, a la mort ne luy souvient de luy.

Qui en soy mesme par trop se fye, il se decoit et se desoye.

Qui endure, vainct et dure.

Qui entre dans l'étuve, sortira en sueur.

Qui entre en nef, n'a pas vent a gre.

Qui entre une fois en la bière, jamais n'en retourne arrière.

Qui entretient femmes et des, il ne moura sans povrete.

Qui entretient femmes et dez, il mourra en pauvrete.

Qui entretient femmes et dez, il mourra en povretez.

Qui enuy tire, bien paye.

Qui épouse la femme épouse les dettes.

Qui épouse la veuve, épouse les dettes.

Qui eschape a une mauvaise heure, en esquive cent autres.

Qui escrit est fol arbitre de ce qu'il escrit.

Qui escrit est plus loue que blasme.

Qui escrit ne ment pas.

Qui escrit sainctement fait de l'eau beniste pour sa fosse.quand une bource est perdue si on ne la trouve elle s'envole.

Qui espere, ne despere.

Qui espouse a belle femme et gente, et n'a de quoy nourir, est deceu.

Qui est a cheval sur son moulin mange par tout le coq de son voisin.

Qui est à cheval sur un tigre, n'en descend pas aisément. ( Teneo lupum auribus. )

Qui est a couvert quand il pleut, est bien fol s'il se bouge et meut.

Qui est a Dieu quitte bien est heureux.

Qui est a escient yvre, de noef jours ne se denivre.

Qui est a la marmite pense avoir des aisles.

Qui est a la table d'un cardinal est toujours aux nopces.

Qui est a maistre, il faut servir.

Qui est a noel a son perron il est a pasques a son tison.

Qui est a son aise cerche malaise.

Qui est a table et n'ose manger, qui est au lit ne veut dormir, qui est éperonne et dit haye, merite playe pour sa paye.

Qui est a tous si est a nulz.

Qui est actif n'a jamais froid.

Qui est advocat est sainct george.

Qui est aime de femme a beau chemin.

Qui est amy d'un chacun, ne l'est d'aucun.

Qui est attraict de gelinette, il ne peur que il ne gratte.

Qui est attrait de gelinette il ne peult qui ne gratte.

Qui est au lict des nopces est au lict de la mort.

Qui est au lict et ne dort, qui a bon pain et ne mord, qui de son corps n'a support, ce sont trois signes de la mort.

Qui est au roy il est a Dieu.

Qui est avec les loups, il faut hurler.

Qui est avec les lous, il fault hurler.

Qui est aveugle, entend mal.

Qui est bien si tienne.

Qui est bien, qu'il s'y tienne.

Qui est bien, si se y tiengne.

Qui est blesse de harquebuze s'il ne fuit ses livres s'abuse.

Qui est bon pour mesnage ne vaut rien pour le bien publique.

Qui est borgne, plaint les aveugles.

Qui est ce qu'il paraît, fera ce qu'il a promis.

Qui est cendrier, il seiche.

Qui est cocu ne va pas le premier a la danse.

Qui est cognu en vosge, n'est pas inconnu par tout.

Qui est content de son état, est riche.

Qui est content, est assez riche.

Qui est content, il est riche.

Qui est couard et paresseux, mourra chetif et mal-heureux.

Qui est coupable d'aulcun mesfait, tousjours pense qu'on parle de son fait.

Qui est coupable et ne l'est tenu, peult mal faire et n'en estre creu.

Qui est courouce n'est pas saife.

Qui est dans le bourbier, y voudrait mettre autrui.

Qui est debout doit veiller à ne pas tomber.

Qui est diligent, n'aura pas faim;
Qui médite, ne pèchera point;
Qui veille, ne craindra point;
Qui sait parler et se taire à propos, n'aura point de querelles.

Qui est disert ne demeure jamais desert.

Qui est embarrassé de son loisir, est toujours accablé d'affaires.

Qui est en la grace du roy est du tout roy.

Qui est en la taverne pense estre en vendange.

Qui est en malaise n'a pas haste.

Qui est en pays mal monte l'hyver il est par tout pris sans vert.

Qui est entre les loups il fault hurler.

Qui est esloigne de l'oeil il est esloigne du cueur.

Qui est extrait de geline, il ne peut qu'il ne gratte.

Qui est faict prince s'estime compaignon de Dieu.

Qui est franc d'escot, ne die mot.

Qui est fronc veut estre libre.

Qui est gris ne doibt plus aller à paris.

Qui est hardi à manger l'est aussi à travailler.

Qui est homme de bien et a santé, il a le coeur plein d'eau de naphe.

Qui est indigent marie a prins tous ses ayses garson.

Qui est juge en un village, a ce qu'il veut pour son partage.

Qui est las et soul dort bien.

Qui est leger ne peut avoir poix.

Qui est liberal a homme et cheval.

Qui est lie en mariage est a la tache.

Qui est loing de la table est près de son dommage.

Qui est loing de la table, il est prest de son dommaige.

Qui est loing de l'oueil il est loing du cueur.

Qui est loing du plat, il est loing de son profit.

Qui est long à manger est long à travailler.

Qui est mal lie, n'est lye ne lye.

Qui est mal monte faict double exercice.

Qui est mal monte ne scaurait bien aller.

Qui est mal ne peut estre mieux.

Qui est malade a sa maladie.

Qui est malade il n'est pas a son aise.

Qui est malade, il n'est pas aise.

Qui est malheureux,
A beau être courageux.

Qui est mange ne peut manger.

Qui est marie, est au service d'une femme.

Qui est mary, cocu ne luy sert son voisin.

Qui est meur passe a pourriture.

Qui est mort est perdu.

Qui est mort n'est mort.

Qui est mort, il est mort.

Qui est ne de gelinotte il ne peut estre que poulotte.

Qui est ne pour la republique a sa bouge trop ne s'applique.

Qui est oisif en sa jeunesse,
Peinera dans sa vieillesse.

Qui est pauvre est en enfer.

Qui est pauvre n'a point de violons a son disner.

Qui est picavoyne est fils d'un loup.

Qui est plus fin que luy, il n'est pas beste.

Qui est premier en son mestier a l'or prou et hors de defier.

Qui est près du monstier il est loing de Dieu.

Qui est pressé, qu'il coure devant!

Qui est previlege est gentilhomme.

Qui est prins, il a tort.

Qui est pris, il a tort.

Qui est resoln est fol.

Qui est riche, si digne deux fois.

Qui est roy ou souverain faict bien noblesse de vilain.

Qui est sage il se donte.

Qui est sage, il se doubte.

Qui est sage, il se doute.

Qui est saige il se doubte.

Qui est sain et non en prison, s'il se plaint il n'a pas raison.

Qui est sans monnoye espargne le sotz.

Qui est sans pesche a l'âme legere.

Qui est saoul de gaigner est saoul de vivre.

Qui est seur de son baston doibt haut loger son bordon.

Qui est soigneux et diligent, acquiert science, honneur, argent.

Qui est subject a sa bouche ne purifiera jamais son âme.

Qui est sur la mer, il ne fait pas des vents ce qu'il veult.

Qui est surprins du premier froid, le sent tout le long de l'hyver.

Qui est tenu sage de jour, de nuit ne sera fol ne lourd.

Qui est thresorier est usurier.

Qui est tousjours joyeux est au festin.

Qui est tout d'esprit n'a point de choir.

Qui est trop bon pour autruy, ne l'est pas assez pour soy.

Qui est trop endormy, doibt prendre garde a la formy.

Qui est trop large de bouche, est trop estroit de bourse.

Qui est trop loing de table, est près d'un daim notable.

Qui establit loy, garder la doibt.

Qui este lacquaits ne doibt faire qu'escouter.

Qui estudie a barboniste estudie a plaider benefice.

Qui estudie le digeste le farcit de grand finesse.

Qui estudie vieil ciceron, est pour plaider devant pluton.

Qui éternue le matin a du chagrin, à midi des pleurs, le soir de l'espoir.

Qui evite l'occasion, evite le péché.

Qui faict aller vulcan a clochon veult que mary doibt garder sa maison.

Qui faict barat barat luy vient.

Qui faict bien ne se lasse point.

Qui faict bien ses besongnes de jour il repose bien de nuict.

Qui faict ce qu'il ne doit, il luy advient ce qu'il ne voudrait.

Qui faict comme son voisin il ne ploure ny ne rit.

Qui faict corvée patit longue corée.

Qui faict des ducs a faict des nobles.

Qui faict des princes en son pays se faict des compaignons en fin.

Qui faict estat pour autruy il despend le sien bien a son aise.

Qui faict grands les grands sinon qu'ilz preignent sur les gens.

Qui faict la guerre, face la paix.

Qui faict le bien contre le mau en paradis faict son estau.

Qui faict le sot pour son plaisir, fuyt ennuy et tout desplaisir.

Qui faict l'homme tant varier c'est qui ne peut rien arrester.

Qui faict libelle contre un roy merite la rigueur de la loy.

Qui faict nopces et maison, il mect le sien a l'abandon.

Qui faict sa besoignette, ne honnit main ne mannette.

Qui faict selon la coustume n'engage pas son âme.

Qui faict testament par devant notaire intente proces.

Qui faict tro de voleurs est vole.

Qui fait bien, trouve bien.

Qui fait ce que ne devroit, luy avient ce que ne voudroit.

Qui fait ce que ne doit, luy aviendra ce que ne voudroit.

Qui fait ce qu'il ne doit, il luy advient ce qu'il ne vouldroit.

Qui fait ce qu'il ne doit, luy advient ce qu'il ne vouldrait.

Qui fait chausses du chapperon de sa femme, il n'est pas a son aise.

Qui fait de son serf maistre, c'est raison qu'on le mene paistre.

Qui fait deux fois naufrage,
Ne doit pas s'en prendre à la mer.

Qui fait haye, souvent dit haye.

Qui fait la faute, boit la sauce.

Qui fait la folie, doit la boire.

Qui fait la lessive entre carême et carême entrant, mourra dans l'année une brebis au loup.

Qui fait la lessive pour la Toussaint ne voit pas la fin de l'année.

Qui fait la plume, l'espée le faict ouvertement.

Qui fait l'amour dure.

Qui fait le malin, tombe dans le ravin.

Qui fait le péché, attende la penitence.

Qui fait les pots le peut rompre.

Qui fait métier d'être plaisant,
Est parfois bien déplaisant.

Qui fait nedos, charge son dos.

Qui fait noces et maison, et plaide a son seigneur, il met le sien a bandon.

Qui fait nopces et maison, et plaide a son seigneur il met le sien a bandon.

Qui fait nopces et maison, met le sien en abandon.

Qui fait tout ce qu'il peut,
N'est pas tenu à davantage.

Qui fait un fer, cent en sait faire.

Qui fait, il ne faut.

Qui farde sa barbe ou son visage, fidel n'est tenu ne guère sage.

Qui femm'a nois'a.

Qui femme a guerre a.

Qui femme a, noise a.

Qui femme croid et asne mene, n'est sans doleur, fastide ne peine.

Qui femme croit et asne meine, son corps ne sera ja sans peine.

Qui femme et anesse mene ne se trouve pas sans embarras.

Qui fidelement dispense l'aultruy bien, prudentement distribuira le sien.

Qui file le jour de la Saint Hilaire est sûr de filer son suaire.

Qui fille garde et âne mene n'est pas sans peine.

Qui fille garde et porc mene n'est pas sans peine.

Qui finement jure, finement se parjure.

Qui flatte, il gratte.

Qui fol envoie fol atent.

Qui fol envoie, fol attend.

Qui fol envoie, fol attent.

Qui fol envoye, fol attend.

Qui fol envoye, fol attende.

Qui fol naquit, jamais ne guarit.

Qui folle femme croid, asnes et oison mene, ne peut estre sans fatigue et peine.

Qui follie avec conseil il follie sagement.

Qui frappe du couteau, mourra de la gaîne.

Qui frappe sa femme frappe un sac de farine le bon s'en va le mauvais reste.

Qui fuit la moelle, fuit la farine.

Qui fuit le jugement, condemne se rend.

Qui fuit les bons, boiera sans doubtance.

Qui fuit l'homme de brevière de la guerre se tire arrière.

Qui furnit a ma dent, n'est amy et parent.

Qui fuyt guerre couche mal et mange en terre.

Qui gaigne bien et bien despend, n'a mestier, bourse pour son argent.

Qui gaigne enfer ne gaigne pas paradis.

Qui garde bouche, si garde s'âme (son âme).

Qui garde de son diner, mieulx en a a son souper.

Qui garde de son disner mieux luy en est a son souper.

Qui garde de son disner, il a mieulx a souper.

Qui garde sa langue, garde sa tête.

Qui garde son disner, il a mieux a soupper.

Qui gist en péché pour néant se repose.

Qui glanne il ne faict pas ce qu'il veut.

Qui glene, il ne fait pas ce qu'il veult.

Qui glouston haste, estrangler le veult.

Qui glouton haste estrangler le veult.

Qui glouton haste estrangler le veut.

Qui guère ne vaut en sa ville, vaudra moins en seville.

Qui ha a faire a gens de bien, il ne se soucie de rien.

Qui ha mestier du feu, a son doigt le quiert.

Qui ha suffisance ha prou de bien, qui n'ha suffisance ul n'ha rien.

Qui habite un promontoire, est nageur.

Qui hante avec le loup, hurler convient s'il n'est lourd.

Qui hante femme et le de, mourra en povrete.

Qui hante le molin, s'enfarine a la fin.

Qui honte cuisine, vit de fumée.

Qui hume le tronc du moustier est tout au diable luy et les siens.

Qui ignore les belles choses est esclave des pires.

Qui jeûne et autre bien ne fait, au diable droit s'en va.

Qui joue avec l'âne, ne doit pas se piquer s'il pette.

Qui joue et pert, pert sa science.

Qui jouxt mauvais voisin demeure, a la fois chante et souvent pleure.

Qui juge condamneroit volontiers.

Qui juge, s'adjuge.

Qui jure trop, il se damne.

Qui justement vit ne luy doit chaloir, qu'on die de luy car pys n'en peut valoir.

Qui l'a de nature, jusques a la fosse luy dure.

Qui l'a de nature, sa vie luy dure.

Qui la maison de son voisin voit ardre doit avoir paour de la sienne.

Qui la maison de son voisin voit ardre, doit avoir peur de la sienne.

Qui la maison de son voisin voit ardre, il doit avoir paour de la sienne.

Qui la mort abhone elle le fuit, et qui la craind, de près le fuit.

Qui la verra de jour ne se rompra ja le col pour l'aller visiter la nuict.

Qui la veut sans tache la prenne au berceau.

Qui laisse le bien choissit le mal, ne se courrouce s'il luy prend mal.

Qui laisse sa femme au moys de may la peut bien laisser toute l'année.

Qui langue a a rome va.

Qui langue a a romme va.

Qui langue a, a rome va.

Qui langue a, à Rome va.

Qui l'arbre âme, ne hait la rame.

Qui l'aultruy donne, fait folle aulmosne.

Qui lave la teste a bien un jour, qui tue un porceau un mois, qui se marien un an, qui se fait moine toute sa vie.

Qui lave la teste a l'asnon, perd sa lissive, peine et savon.

Qui le bien voit et le mal prend, fait folie a bon esciant.

Qui le bien voit et le mal prent ; fait follie a son escient.

Qui le bien voit et mal prent, fait follie en bon escient.

Qui le fait, l'attende.

Qui le meschant n'ayme et ne nuit, luy fait la guerre et le poursuit.

Qui le pescheur presche et sermone, ne peut donner meilleure aumosne.

Qui le plus hault est monte, n'est pas le plus asseure.

Qui le prend vieil l'enterre vieil.

Qui le quitte le pert.

Qui le sien donne avant mourir,
Bientôt s'apprête à moult souffrir.

Qui le sien gaste, à l'autrui tend.

Qui lict est au bal.

Qui list est au sermon.

Qui loin va se marier sera trompe ou veut tromper.

Qui loing se va marier, sera trompe ou veut tromper.

Qui l'ose rendre, l'ose prendre.

Qui l'ose rendre, ose prendre.

Qui loue le bon merite pris, que le meschant blasme et mespris.

Qui loue s.pierre, ne blame pas s.pol.

Qui loue s.pierre, ne blasme s.pol.

Qui loue sa marchandise, tache de la vendre a sa guise.

Qui loue son engeance, loue chose estrange.

Qui luy tirerait le nez, le laict en partiroit encores.

Qui m?aime me suive.

Qui m'aime il aime mon chien.

Qui m'aime, il aime mon chien.

Qui mal cherche mal trouve.

Qui mal commet a toujours quelque excuse.

Qui mal entend mal respond.

Qui mal entend, pis respond et repend.

Qui mal entent mal respont.

Qui mal entent, mal respont.

Qui mal épand, mal ratelle.

Qui mal faict son lict, mal couche et git.

Qui mal fera, bien n'aura.

Qui mal fera, mal trouvera.

Qui mal se marie, tost se marrit.

Qui mal se marye, tost se marrit.

Qui mal vit doibt avoir paour.

Qui mal vit, son propre mal le suit.

Qui mal-heur reveille, a souffrir s'appareille.

Qui mange avec le bolengier, mange a son grand coust et denier.

Qui mange chair avec le poisson faict un grand bourbier de poison.

Qui mange de la viande festoye.

Qui mange et boit sans appetit, fait de coustume tresor petit.

Qui mange fort et ferme n'ait pas peur de la mort.

Qui mange la plume mange l'oyson.

Qui mange la rave, mange le bled.

Qui mange le coq compte les heures.

Qui mange le pain et le sel d'autrui sans en garder mémoire, est au-dessous d'un chien.

Qui mange l'oie du roi rend la plume au bout de cent ans.

Qui mange pain blanc, pain blanc lui vient.

Qui mange parrée ou bonne verdure, chasse de son corps mal aventure.

Qui mange peu, profite beaucoup;
Qui mange beaucoup, dépérit.

Qui mange trop de porc mange sa mort.

Qui mange verdure, dechosse malaventure.

Qui manie l'argent d'autruy a doubles mules.

Qui manie une barque ou promène une femme doit vouloir savoir de quel pied il boite.

Qui marier se veut, doibt regarder ou il se prend.

Qui mauvaise femme prend, ne peutestre sans torment.

Qui m'aymera qu'il me suyve.

Qui me payast, ie m'en allasse.

Qui me sera cure je le seray parochien.

Qui me veut bien me fait rougir, qui me veut mal me fait blanchir.

Qui me voit, je me mocque, qui ne me voit, je l'emporte.

Qui menace son ennemy, combattre ne veut encore luy.

Qui mene denier a son plaid, ce qu'il demande est prest et fait.

Qui mene femme et âne traine met son pauvre corps a la gene.

Qui mène les chevaux,
Mène ses bourreaux.

Qui ment trois fois, n'est pas cru une.

Qui meprise le peu, jamais ne veut avoir l'assez.

Qui meprise le peu, l'assez le fuit.

Qui meprise le peu, le peu le fuit.

Qui meschant chemin tient et suit, chardon picant trouve qui luy nuit.

Qui meschant n'est tenu, s'il fait mal il n'est creu.

Qui mesparle d'aultruy, se brusle la langue et destruit.

Qui mesparle des grands s'en repent, qui par trop les prise fors qu'il ment.

Qui mesprise les disformes contemne Dieu et ses oeuvres.

Qui met a mort l'humain, s'embrouille la main.

Qui met argent en une office, il y met pour s'y faire riche.

Qui met en arbitrage sa jupe il y perd les manches.

Qui met en gage on ne scait bien, tenu est fol et perd le sien.

Qui met longtemps à sa dentition, longtemps vivra.

Qui met plus que le mesnage en son cerveau abrege ses ans et ses moys.

Qui meurt aux champs est demy plore.

Qui meurt sans avoir faict profit a la republique meurt en beste.

Qui meurt sans les bons, ne se met pas en bon chemin.

Qui mieulx aime aultre que soy ; au moulin il meure de soif.

Qui mieulx ayme aultruy que soy, au moulin meurt de soif.

Qui mieulx ne peult, a sa vielle retourne.

Qui mieulx ne peut avec sa vielle se couche.

Qui mieux abreuve, mieux preuve.

Qui mieux ayme autruy que soy, au moulin meurt de soif.

Qui mieux ne peut a sa veille s'endort.

Qui mieux ne peut a sa vieille retourne.

Qui mieux ne peut, avec sa vieille se couche.

Qui m'insulte en face, peut être un honnête homme et mon ami; mais qui me loue à tout propos, est un sot qui me méprise, ou un fourbe qui veut me jouer.

Qui moins despend plus despend, et qui plus despend moins despend.

Qui moins despend, plus despend.

Qui moins est charge chemine plus aisement.

Qui moins mange, plus mange.

Qui monte la mule, la ferre.

Qui monte le cheval d'autrui, sera bientôt à terre.

Qui monte plus hault qu'il ne doibt, descend plus tost qu'il ne vouldroit.

Qui monte plus haut qui ne doit de plus haut chet qu'il ne voudroit.

Qui monte plus haut qu'il ne doit, descend plus bas qu'il ne voudroit.

Qui mouette (se marie en mai) févrette (a des enfants en février).

Qui moult boit ne va pas droit.

Qui mout embrasse rien n'estraind.

Qui n'a a manger ou retraicte, n'a nul larron pour faire extraicte.

Qui n'a amy ne vroy germain, n'a force en bras, jambe ne main.

Qui n'a appetit qui le laisse venir.

Qui n'a argent en bourse, ait miel en bouche.

Qui n'a argent ne monnoye, avoyr ne peut guère de joye.

Qui n'a bon droit, plaider ne doibt.

Qui n'a chambre pour loger son magazin ne scaurait faire bonne fin.

Qui n'a charge de corps ny d'ames il se peut enyvrer quand il veut.

Qui n'a cheval, nef, ne chariot, ne change pas quand il voudrait.

Qui n'a coeur ait jambes.

Qui n'a conscience, n'a honte ne science.

Qui n'a couche a orleans ne scait que c'est de femme.

Qui n'a coupe que le scroton ne laisse d'estre vigneron.

Qui n'a cure de sa maison, n'est pas homme de raison.

Qui n'a de quoy se tienne guoy.

Qui n'a Dieu, il n'a rien.

Qui n'a este garson n'est pas homme.

Qui n'a frère ne bon prochain, n'a pied, bras, membre ne main.

Qui n'a guere, n'a guerre.

Qui n'a honte, il n'aura ja honneur.

Qui n'a la paix temporelle,
A peine a la spirituelle.

Qui n'a laine, boive a la fontaine.

Qui n'a l'escu et est a la court, plus qu'autre part se trouve court.

Qui n'a l'espée a son coste, n'est aujourd'huy qu'un veau trupet.

Qui n'a l'espée ou bien la plume est a tout vent leger de plume.

Qui n'a l'esprit de son âge,
De son âge a le malheur.

Qui n'a l'estomach pave de chapon, ne porte pas bien purgation.

Qui n'a mestier ne vit point sans service, dont est tout serf et lie soubs la lice.

Qui n'a moyen d'elever sa mesgnie, de la prouveoir ailleurs cerche industrie.

Qui n'a ne chard ny cheval, il ne charge n'amont n'aval.

Qui n'a ne cheval ne chariot, il ne charge pas quant il veult.

Qui n'a ni femme ni maitresse fait le raccomodage lui meme.

Qui n'a ny chevaux ny boeufs il ne tire pas quand il veut.

Qui n'a office ou a desjuner n'a point de bona dies.

Qui n'a pacience, il n'a rien.

Qui n'a pas d'argent, rien ne peut.

Qui n'a pas de barbe et barbe touche, reçoit sur la bouche.

Qui n'a pas de bonnet, ne craint pas de s'enrhumer.

Qui n'a pas de siége, s'accote contre le mur.

Qui n'a pas de tête, n'a que faire de bonnet.

Qui n'a pas la force, a maladresse.

Qui n'a pas la santé est digne de commisération.

Qui n'a pas mal aux poumons en a au foie.

Qui n'a pas mangé de pluvier ne connaît pas de bon manger.

Qui n'a pas vu la route à l'aube, entre ses deux rangées d'arbres, toute fraîche, toute vivante, ne sait pas ce que c'est que l'espérance.
Georges Bernanos (1888 - 1948)

Qui n'a patience, il n'a rien.

Qui n'a pitié de son pouvoir Dieu tost le met en desespoir.

Qui n'a plus de charge ny de corps ny d'âme est ange.

Qui n'a point d'argent, n'a credit n'entregent.

Qui n'a point de haste les montaignes luy sont vallées.

Qui n'a point de teste n'a que faire de chapperon.

Qui n'a point de teste, ne luy faut point de gibecière.

Qui n'a pour avoir plaisir en mesnage, ne se doibt mettre en mariage.

Qui n'a progenie ne generation, na sonlas, joye n'estimation.

Qui n'a putain povre ou sot en sa parente, n'est de lampe ne de meiche.

Qui n'a que dix-neuf sous, ne saurait compter par francs.

Qui n'a que faire, vit noblement.

Qui n'a que filles pour des gendres fera a toutes heures comme esclandres.

Qui n'a que la court y a maison.

Qui n'a que quatre et despend sept, n'a mestier bourse ny de boursette.

Qui n'a que soy a servir ne se vend, n'esse merveille si pauvrete l'accueille.

Qui n'a que soy et servir ne veult, n'est merveille se provrete l'agueulst.

Qui n'a que ung oel, bien le garde.

Qui n'a que ung oeul soef le tert.

Qui n'a qu'un amy, n'en a poinct.

Qui n'a qu'un fils bientost le gaste.

Qui n'a qu'un fils, souvent luy en souvient.

Qui n'a qu'un oeil bien le garde.

Qui n'a qu'un oeil souvent le frotte et touche.

Qui n'a qu'un oeil souvent le torche, qui n'a qu'un seul filz le fait fol, qui n'a qu'un pourceau le fait gras.

Qui n'a qu'un oeil, cher le tient.

Qui n'a qu'une chemise souvent la lave.

Qui n'a qu'une fille il en faict merveille, et qui n'a qu'un fils il en faict putte fin.

Qui n'a qu'une muse pour femmes faict des enfans perennels.

Qui n'a rien dort tranquille.

Qui n'a rien fait, n'a pas peur.

Qui n'a rien n'a pas peur de perdre rien.

Qui n'a rien, est mis au derrière.

Qui n'a rien, ne craint rien.

Qui n'a rien, nul ne luy oste.

Qui n'a santé il n'a rien, qui a santé il a tout.

Qui n'a santé n'a rien.

Qui n'a santé, il n'a rien - qui a santé, il a tout.

Qui n'a santé, il n'a rien.

Qui n'a santé, n'a rien.

Qui n'a santé, sens, raison ne bien, ne peut avoir joye ne rien.

Qui n'a sens en francois ny en greque ny en latin n'aura entendement.

Qui n'a servy ne scait commander.

Qui n'a soing ne cure, n'a courage ne coeur.

Qui n'a sols ne franc, le roy le fait franc.

Qui n'a somme n'est pas homme.

Qui n'a suffisance il n'a rien.

Qui n'a suffisance, il n'a rien.

Qui n'a suffisance, n'a rien.

Qui n'a terre, n'a guerre.

Qui n'a, ne peut.

Qui n'aime mieux paix que guerre, n'est pas digne de vivre guere.

Qui naist en fumier, mourir y veut comme héritier.

Qui naît à la Saint Basilide ne sera jamais invalide.

Qui naît poule, aime à gratter.

Qui n'ajoute pas quelque chose à son avoir, s'endette.

Qui n'amorce son haim, pesche on vain.

Qui n'auroit perdu santé en jeunesse, elle passeroit sur vieillesse.

Qui n'avanture, n'a cheval ne mule.

Qui ne boist aux absents il vieillit.

Qui ne boit bien compte les heures de nuict.

Qui ne boit contre la bruyne, cerche bien sa propre ruyne.

Qui ne boit pas après la soupe, approche de son tombeau.

Qui ne boit pas d'eau n'a pas soif.

Qui ne boit souvent a la court ne scauroit porter les fatigues de la court.

Qui ne cache son heur, invite fortune a son malheur.

Qui ne cerche son aventure, son propre bien ne procure.

Qui ne chevauche autant aux champs qu'a la ville tombe malade.

Qui ne cognoit avoir erre, n'aura pardon de son péché.

Qui ne cognoit bien le prochain, a peine cognoistra le lointain.

Qui ne comprend pas un regard, ne comprendra pas mieux une explication.

Qui ne continue les coups des nopces la femme devient jaloux.

Qui ne couche ensemble ne doit point de giste.

Qui ne coud et ne rapièce a besoin de gros revenus.

Qui ne craint honte n'aura ja honneur.

Qui ne craint honte, n'aura ja honneur.

Qui ne croit pas a la femme ne croit pas en Dieu.

Qui ne desjeune le matin ne trouve jamais bon vespre.

Qui ne desrobe, ne faict robe.

Qui ne dit mot consent.

Qui ne dit mot il se consent.

Qui ne donne ce qu'il ayme, n'aura ce qu'il affecte et brasme.

Qui ne donne de sa propre, d'aultre avoir n'ait espoir.

Qui ne donne pas ce qu'il aime,
Ne reçoit pas ce qu'il désire.

Qui ne doute de rien, ne se doute de rien.

Qui ne faict gueres de bonne volunte en fera moins par force.

Qui ne faict pour soy n'entent pas la loy.

Qui ne faict quand il peut, il ne faict pas quand il veut.

Qui ne fait cas d'une petite affaire, avec le temps luy vient à contraire.

Qui ne fait comme loye, a courte vie et breve joye.

Qui ne fait gueres d'un mestier n'en scauroit estre bon ouvrier.

Qui ne fait pas ce qu'il doit,
Ne reçoit pas ce qu'il croit.

Qui ne fait quand il peult, il ne fait pas quant il veult.

Qui ne fait quand il peut, pas ne fait quand il veut.

Qui ne fait quant il le peult ; il ne le fait pas quant il veult.

Qui ne gaigne perd.

Qui ne gaigne rien aux festes ne sauroit gaigner les pardons.

Qui ne gaigne rien se doibt ennyvrer aux depens d'autruy.

Qui ne gaigne se moifont.

Qui ne hasarde rien, n'a rien.

Qui ne labeure n'est digne de manger.

Qui ne mange pas de soupe ne grandit pas.

Qui ne mange que pour se garder de mourir, ne luy faut drogue n'agaric.

Qui ne mèrende a souper l'amende.

Qui ne met et tousiours prend, le fol et fond en fin sent.

Qui ne moissonne, vendange.

Qui ne nourrist le petit n'aira ja le grant.

Qui ne nourrist le petit n'aura ja le grand.

Qui ne nourrit le petit, n'aura ia le grand.

Qui ne nourrit pas le chat, nourrit le rat.

Qui ne paie son cens,
Doit perdre son champ.

Qui ne parait, est tenu mort.

Qui ne pâtit point de vin ne sera jamais malheureux.

Qui ne pense a l'avenir, d'avoir disette ne peut faillir.

Qui ne pesche que une loche si pesche il.

Qui ne peult a ung moulin, hay a l'autre.

Qui ne peult du mail ; si forge de la queue.

Qui ne peult ne peult.

Qui ne peut aller un erre, il doibt le chemin traverser.

Qui ne peut avoir de la chair se contente du potage.

Qui ne peut avoir le veau, prenne le cuir ou la peau.

Qui ne peut battre le cheval, batte la selle ou le bast.

Qui ne peut comme il veut, vueille comme il peut.

Qui ne peut doit parler au fresne.

Qui ne peut endurer mal-aise n'est pas digne d'estre a son aise.

Qui ne peut entendre crier se garde de se marier.

Qui ne peut faire son salut par cueur ne le fera pas par livre.

Qui ne peut faire un autre plus scavant que luy ne luy peut oster sa renommée.

Qui ne peut menger, hume boullie.

Qui ne peut mordre, ne doit pas montrer les dents.

Qui ne peut moudre a un moulin, il faut aller à l'autre.

Qui ne peut par force, par art, amour ou par amorce.

Qui ne peut pas dormir, trouve son lit mal fait.

Qui ne peut porter, traîne.

Qui ne peut vivre noblement, faut un mestier pour gaigner de l'argent.

Qui ne peut, ne peut.

Qui ne porte que des hoctons a sa femme ne fait point de garçons.

Qui ne prend bonne garde a l'embuche, souvent periclite et trebuche.

Qui ne prend garde a l'avenir invite la faim a venir.

Qui ne prend plaisir a boire meurt sans parler.

Qui ne prend quand il peut, il n'aura quand il veut.

Qui ne prend son aventure quand il peut, pas ne la quant il veut.

Qui ne prent le bien quand il peut, il ne l'a pas quand il veut.

Qui ne prent le bien quant il peult, il ne l'a pas quant il veult.

Qui ne presche bien, n'est que faute de bien baasler.

Qui ne puist menger, hume boullie.

Qui ne regarde devant soy, se retrouve derrière et a par soy.

Qui ne rend avec bon nercreu, ne satisfait au bien receu.

Qui ne repast superflument, peut bien relire incontinent.

Qui ne risque rien n?a rien.

Qui ne rit point a nature de chat.

Qui ne s'adventure, n'a cheval ny mule.

Qui ne sait acheter ni vendre au betail jeune doit se prendre.

Qui ne sait par où il est venu, ne saura par où s'en aller.

Qui ne sait pas avoir ce qui lui est dû, ne saura pas payer ce qu'il doit.

Qui ne sait pas se gouverner, sait se comparer.

Qui ne sait pas se servir de la fortune quand elle vient,
Ne doit pas se plaindre quand elle s'en va.

Qui ne sait rien, est un habile homme, quand il sait se taire.

Qui ne sait rien, ne douta de rien.

Qui ne sait son métier, l'apprenne.

Qui ne sait, ne gene.

Qui ne sauve son âme, ne faict rien.

Qui ne s'aventure, ne va à cheval ny à mulle.

Qui ne scait bien parler de son mestier ne le scait pas.

Qui ne scait pas chanter le fa, n'exposera l'alleluya.

Qui ne scait plorer ne scait chanter.

Qui ne scait refrener sa bouche, à quelque fois de main la touche.

Qui ne scait refrener sa bouche, sent à la fois de main la touche.

Qui ne scait regir sa maison du pays ne sera guidon.

Qui ne scait rien de rien ne doute.

Qui ne scait son mestier, si l'aprenne.

Qui ne sceit rien, de rien ne doubte.

Qui ne se corrompt par prosperite, ne sera accable d'adversite.

Qui ne se lance en advancement, se trouve en cassement.

Qui ne se lasse pas, lasse l'adversité.

Qui ne se lasse point,
Arrive à sa fin.

Qui ne se marie durant le deuil ne se marie pas quand il veut.

Qui ne se mêle de rien, a paix de tout.

Qui ne se mesle de son mestier, il trait sa vache en un pannier.

Qui ne se met a l'aventure, ne trouve cheval ne monture.

Qui ne se met en hazart, ne sera riche tost ne tard.

Qui ne se met pas la serviette, on le reconnaît à ses habits.

Qui ne se pourvoit de rien, n'a rien.

Qui ne se risque, jamais ne sera riche.

Qui ne se sent fort ne prend pas femme.

Qui ne se tue a saper sa femme, sa femme luy faict porter des cornes.

Qui ne sert un homme liberal il est esclave.

Qui ne s'oblige pour prendre, est absent.

Qui ne sort que de jour, n'a que faire de lanterne.

Qui ne tend a rien n'a garde de prendre une grue.

Qui ne tente rien n?a rien.

Qui ne t'escorchera tu mourra en la peau d'un veau.

Qui ne va a rome n'est point en danger du chemin.

Qui ne veult rendre, commet vol de prendre.

Qui ne veult tenir ses mains ; si tienne ses yeulx.

Qui ne veult tenir ses mains, si tiengne ses yeulx.

Qui ne veut croire au sacrement veut nier le grand ocean.

Qui ne veut pas manger de vers ne doit pas manger de champignons.

Qui ne veut pas se tromper doit se marier le 30 fevrier.

Qui ne veut patir facherie, ne doibt pas naistre en ceste vie.

Qui ne veut payer les debtes d'autruy ne doit jamais parler de luy.

Qui ne veut point danser, ne doit se mettre en danse.

Qui ne veut, endurer ne soufrir, en ce monde ne doibt maistre ne surgir.

Qui ne voit que par les yeux d'autruy est taupe.

Qui n'écoute la raison,
Doit se conduire au bâton.

Qui n'ecoute pas d'avis, n'a pas besoin d'appui.

Qui n'écoute pas les grands,
Est plus mort que vivant.

Qui n'en riroit.

Qui n'entend qu'une cloche, n'entend qu'un son.

Qui n'entend qu'une partie, n'instruit pas le procès.

Qui n'est a soy mesme sage n'est pas sage.

Qui n'est advocat est en proye.

Qui n'est bien nourry doit fuyr l'escot.

Qui n'est de verre ne peut estre casse.

Qui n'est diligent en sa jeunesse, povre sera en sa vieillesse.

Qui n'est en guerres n'est pas hors des dangers.

Qui n'est garny ny est honny.

Qui n'est maistre n'a que demy plaisir.

Qui n'est ouy, se doibt taire, ne bien venu se retraire.

Qui n'est pas a son aise n'y peut mettre un autre.

Qui n'est pas content,
Reprenne son argent,

Qui n'est pas content, aura deux peines: celle de se fâcher, et celle de se défâcher.

Qui n'est pas éduqué de famille en fait peu ou trop.

Qui n'est pas homme de parole,
N'est pas un homme.

Qui n'est pas mort, il ne scait de qu'elle mort il mourra.

Qui n'est pas mort, ne sceit de quelle mort il mourra.

Qui n'est plein, souvent se plaind.

Qui n'est plus garson au lieu de la femme le barot est bon.

Qui n'est plus ton ami ne l'a jamais été (Aristote).

Qui n'est prestre ou qui ne vit gratis, s'il n'est rente, ne manie les tetis.

Qui n'est que juste, est cruel.

Qui n'est riche a vingt ans, qui a trente ne scait, et a quarante n'a, de sa vie riche ne saura et n'aura.

Qui n'est riche que des yeux ne l'est pas.

Qui n'est sage a soymesme, n'est pas sage.

Qui n'est sage a soymesmes, il n'est pas sage.

Qui n'est saige a soy mesme, il n'est pas saige.

Qui n'extirpe la racine, le mal pas n'extermine.

Qui n'ha santé, il n'ha rien ; qui ha santé, il ha tout.

Qui n'honore pas sa femme lui même se deshonore.

Qui ni peut frapper l'âne, frappe le bât.

Qui n'obeist a sa bonne mère il obeist a sa male marastre.

Qui n'obeyst père et mère doit mourir de mort amere.

Qui n'obtient la primière sentence, il a refuge a l'appellation, a mendier n'a point de peine.

Qui n'oste la cause aux grands seditions en peu de temps en faict un milion.

Qui nous doit, nous demande.

Qui nuit amour est prins au tresbuchet.

Qui nuit les bons bon sera sans doubtance, mais tout mal vient de mauvaise accointance.

Qui n'use de raison n'est qu'un oison.

Qui ny est ne sa part.

Qui n'y est n'y a sa part.

Qui n'y est n'ya sa part.

Qui n'y est, n'y a sa part.

Qui ny peult advenir si y rue.

Qui n'y peult advenir si y rue.

Qui n'y peut avaindre y rue.

Qui obeit a sa femme obeit a son cure.

Qui oidt et void et se tait de tout, en repos vit et en paix se couche.

Qui oncques me menga ne xet que menger vault.

Qui oncques ne mengea, ne scait que menger vaut.

Qui onques ne mengea, ne sceit que menger vault.

Qui ose prendre le veau, osera prendre vache et tropeau.

Qui oublie ne retient pas.

Qui oultrepasse sa charge, chet en désaveu.

Qui paie bien, deux fois emprunte.

Qui paie bien, est bien servi.

Qui paie les violons ne danse pas toujours.

Qui paie mal, paie deux fois.

Qui paie ses dettes s?enrichit.

Qui paie ses dettes, s'enrichit.

Qui paie, a bien le droit de donner son avis.

Qui par courtoisie prend, doibt rendre.

Qui par la pointe rend un cousteau, bien se demonstre estre un gros veau.

Qui par tout va, par tout prend.

Qui par tout va, par tout prent.

Qui par trop jure il se damne.

Qui par trop parle fache la gent, qui rien ne dit jamais ne ment.

Qui par trop sa fille asnignarde, la rend de bonne, pute et paillarde.

Qui pardonne au meschant, offense le bon.

Qui pardonne aux meschans, nuit a petis bons et grands.

Qui parle beaucoup, doit dire des sottises.

Qui parle du loup on en voit la queue.

Qui parle du loup, on en voit la queue.

Qui parle et ne sait ce qu'il dit ou est fou ou va le devenir.

Qui parle n'est que demy, qui escri est entier et demy.

Qui parle oultrageusement, il se damne eternellement.

Qui parle outrageusement, il se damne eternellement.

Qui parle trop clost et enferme les oreilles.

Qui parle, sème; qui écoute, recueille.

Qui part tout va, par tout prend.

Qui parvenir veut a honneur, n'estime traveil n'aucun labeur.

< operone >