JEAN-PHILIPPE RAMEAU
Les Indes galantes

Ballet héroïque créé à l'Académie royale de musique à Paris le 23 août 1735
Livret de Louis Fuzelier
Version de 1761

Prologue
Hébé, déesse de la Jeunesse
Bellone, déesse de la Guerre

Première Entrée - Les Incas du Perou
Phani, Inca, Palla de la race royale
Dom Carlos, officier espagnol, amant de Phani
Huascar, Inca ordonnateur de la fête du Soleil

Deuxième Entrée - Le Turc généreux
Émilie, jeune Provençale, esclave d'Osman
Valère, officier de marine, amant d'Émilie
Osman, Pacha d'une île turque de la mer des Indes

Troisième Entrée - Les Sauvages
Zima, fille d'un chef d'une nation sauvage
Adario, amant de Zima, commandant les guerriers de la nation sauvage
Damon, officier français d'une colonie dans l'Amérique
Dom Alvar, officier espagnol d'une colonie dans l'Amérique

Prologue

Le théâtre représente les jardins du palais d'Hébé.

Ouverture

Scène 1

Hébé
Vous, qui d'Hébé suivez les lois,
Venez, rassemblez-vous, accourez à ma voix.
Vous chantez dès que l'Aurore
Éclaire ce beau séjour :
Vous commencez avec le jour
Les jeux brillants de Terpsichore ;
Les doux instants que vous donne l'Amour
Vous sont plus chers encore.
Vous, qui d'Hébé, etc.

Scène 2

Hébé, jeunesse française, espagnole, italienne et polonaise, qui accourt et forme des danses gracieuses

Entrée de la Suite d'Hébé

Hébé

Musettes, résonnez dans ce riant bocage,
Accordez-vous sous l'ombrage
Au murmure des ruisseaux,
Accompagnez le doux ramage
Des tendres oiseaux.

Chœur
Musettes, résonnez dans ce riant bocage, etc.

(Danses d'amants et d'amantes de la Suite d'Hébé.)

Musette en rondeau pour la Suite d'Hébé

Hébé
Amants sûrs de plaire,
Suivez votre ardeur,
Chantez votre bonheur,
Mais sans offenser le mystère.
Il est pour un tendre cœur
Des biens dont le secret augmente la
douceur, Songez qu'il faut les taire.
Amants sûrs de plaire, etc.

(On danse.)

Air pour deux Polonais

Premier et Deuxième Menuet pour la Suite d'Hébé


(Les danses sont interrompues par le bruit des tambours.)

Hébé
Qu'entends-je ? Les tambours font taire nos musettes !...
C'est Bellone. Ses cris excitent les héros :
Qu'elle va dérober de sujets à Paphos !

Scène 3
Bellone ; Hébé et sa Suite

(Bellone arrive au bruit des tambours et des trompettes qui la précèdent avec des Guerriers portant des drapeaux. Elle invite la Suite d'Hébé à n'aimer que la gloire.)


Bellone, à la Suite d'Hébé
La gloire vous appelle, écoutez ses trompettes,
Hâtez-vous, armez-vous et devenez guerriers.
Quittez ces paisibles retraites,
Combattez ; il est temps de cueillir des lauriers :
La gloire vous appelle, etc.

Chœur
La gloire vous appelle, écoutez ses trompettes,
Hâtez-vous, armez-vous et devenez guerriers.

(Danse des Guerriers jouant du drapeau. Ils appellent les amants des nations alliées. Ces amants généreux épris des charmes de la gloire se rangent près de Bellone, et suivent ses étendards.)

Air pour deux Guerriers portant les drapeaux


Bellone
C'est la Gloire
Qui rend les héros immortels :
Allez, encensez ses autels.
Partez, courez, volez au Temple de mémoire.

Scène 4

Hébé, Amours

Hébé
Pour remplacer les cœurs
que vous ravit Bellone,
Fils de Vénus, lancez vos traits les plus certains ;
Conduisez les Plaisirs dans les climats lointains,
Quand l'Europe les abandonne.

Air pour les Amours

Chœur
Traversez les plus vastes mers,
Volez, Amours, portez vos armes et vos fers
Sur le plus éloigné rivage.

(Les Amours s'envolent pendant le chœur, et se dispersent loin de l'Europe dans les différents climats des Indes.)

Reprise de l'Ouverture

Première Entrée :

Les Incas du Pérou

Le théâtre représente un désert du Pérou, terminé par une montagne aride. Le sommet en est couronné par la bouche d'un volcan, formée de rochers calcinés, couverts de cendres.

Scène 1
Phani, Dom Carlos

Ritournelle


Dom Carlos
Vous devez bannir de votre âme
La criminelle erreur qui séduit les Incas ;
Vous l'avez promis à ma flamme :
Pourquoi différez-vous ?
Non, vous ne m'aimez-pas...

Phani
Que vous pénétrez mal mon secret embarras !
Quel injuste soupçon !... Quoi, sans inquiétude,
Brise-t-on à la fois
Les liens du sang et des lois ?
Excusez mon incertitude.

Dom Carlos
Dans un culte fatal, qui peut vous arrêter ?

Phani
Ne croyez point, Carlos,
que ma raison balance ;
Mais, de nos fiers Inca
je crains la violence...

Dom Carlos
Ah ! Pouvez-vous les redouter ?

Phani
Sur ces monts leurs derniers asiles,
La fête du Soleil va les rassembler tous...

Dom Carlos
Du trouble de leurs jeux,
que ne profitons-nous ?

Phani
Ils observent mes pas...

Dom Carlos
Leurs soins sont inutiles, Si vous m'acceptez pour époux.

Phani
Carlos, allez, pressez ce moment favorable,
Délivrez-moi d'un séjour détestable ;
Mais ne venez-pas seul...
Quel funeste malheur !
Si votre mort... Le peuple est barbare, implacable,
Et quelquefois le nombre accable
La plus intrépide valeur.
Allez ; ma crainte est pardonnable ;
Empruntez du secours, rassemblez vos guerriers,
Conduisez leur courage à de nouveaux lauriers.

Scène 2
Phani seule

Phani
Viens, Hymen, viens m'unir
au vainqueur que j'adore ;
Forme tes nœuds, enchaîne-moi.
Dans ces tendres instants
où ma flamme t'implore,
L'Amour même n'est pas plus aimable que toi.
Viens, Hymen, etc.

Scène 3
Phani, Huascar

Huascar, à part
Elle est seule... Parlons, l'instant est favorable...
Mais je crains d'un rival l'obstacle redoutable.
Parlons au nom des Dieux
pour surprendre son cœur ;
Tout ce que dit l'Amour est toujours pardonnable,
Et le ciel que je sers doit servir mon ardeur.
(à Phani)
Le Dieu de nos climats
dans ce beau jour m'inspire :
Princesse, le Soleil daigne veiller sur vous,
Et lui-même dans notre empire,
Il prétend par ma voix vous nommer un époux.
Vous frémissez... D'où vient que votre cœur soupire ?

Obéissons sans balancer,
Lorsque le ciel commande.
Nous ne pouvons trop nous presser
D'accorder ce qu'il nous demande ;
Y réfléchir, c'est l'offenser.
Lorsque le ciel commande,
Obéissons sans balancer.

Phani
Non, non, je ne crois pas tout ce que l'on assure
En attestant les cieux ;
C'est souvent l'imposture
Qui parle au nom des Dieux.

Huascar
Pour les Dieux et pour moi
quelle coupable injure !
Je sais ce qui produit votre incrédulité,
C'est l'amour. Dans votre âme,
il est seul écouté.

Phani
L'amour ! Que croyez-vous ?

Huascar
Oui vous aimez, perfide,
Un de nos vainqueurs inhumains...
Ciel ! Mettras-tu toujours tes armes dans leurs mains ?

Phani
Redoutez le Dieu qui les guide.

Huascar
C'est l'or qu'avec empressement,
Sans jamais s'assouvir,
ces barbares dévorent ;
L'or, qui de nos autels ne fait que l'ornement,
Est le seul Dieu que nos tyrans adorent.

Phani
Téméraire ! Que dites-vous !
Révérez leur puissance et craignez leur courroux.
Pour leur obtenir vos hommages,
Faut-il des miracles nouveaux ?
Vous avez vu de nos rivages,
Leurs villes flotter sur les eaux ;
Vous avez vu dans l'horreur de la guerre,
Leur invincible bras disposer du
tonnerre.

(Elle sort. On entend un prélude qui annonce la fête du Soleil. Un Inca entre.)

Huascar, à part
On vient. Dissimulons mes transports à leurs yeux...
(à un Inca qu'il appelle)
Vous savez mon projet. Allez ; qu'on m'obéisse...
(à part)
Je n'ai donc plus pour moi
qu'un barbare artifice,
Qui de flamme et de sang
inondera ces lieux !
Mais que ne risque point un amour furieux !

Scène 4 – « La Fête du Soleil »
Huascar, Phani ramenée par des tIncas,
Pallas et Incas, Sacrificateurs, Péruviens, et Péruviennes


Huascar
Soleil, on a détruit tes superbes asiles,
Il ne te reste plus de temple que nos cœurs :
Daigne nous écouter dans ces déserts tranquilles,
Le zèle est pour les Dieux
le plus cher des honneurs.

(Les Pallas et Incas font leur adoration au Soleil.)

Adoration du Soleil


Huascar
Brillant Soleil, jamais nos yeux,
dans ta carrière,
N'ont vu tomber de noirs frimas !
Et tu répands dans nos climats
Ta plus éclatante lumière.

Chœur
Brillant Soleil, etc.

(Danse de Péruviens et de Péruviennes.)

Air pour les Incas pour l'adoration du Soleil


Huascar
Clair flambeau du monde,
L'air, la terre et l'onde
Ressentent tes bienfaits.
Clair flambeau du monde,
L'air, la terre et l'onde
Te doivent leurs attraits.

Chœur
Clair flambeau, etc.

Huascar
Par toi dans nos champs tout abonde ;
Nous ne pouvons compter
les biens que tu nous fais !
Chantons-les seulement. Que l'écho nous réponde,
Que ton nom dans nos bois retentisse à jamais.

Chœur
Clair flambeau, etc.

Huascar
Tu laisses l'univers dans une nuit profonde
Lorsque tu disparais !
Et nos yeux, en perdant ta lumière féconde,
Perdent tous leurs plaisirs ;
la beauté perd ses traits.

Chœur
Clair flambeau, etc.

Loure en rondeau pour les Incas

Huascar

Permettez, astre du jour,
Qu'en chantant vos feux nous chantions
d'autres flammes ;
Partagez, astre du jour,
L'encens de nos âmes
Avec le tendre amour.
Le Soleil, en guidant nos pas,
Répand ses appâts,
Dans les routes qu'il pare ;
Raison, quand malgré tes soins
L'amour nous égare,
Nous plaît-il-moins ?
Vous brillez, astre du jour,
Vous charmez nos yeux par l'éclat de vos flammes ;
Vous brillez, astre du jour ;
L'astre de nos âmes,
C'est le tendre amour.
Permettez, astre du jour, etc.
De nos bois chassez la tristesse,
Régnez-y sans cesse,
Dieux de nos cœurs
De la nuit le voile sombre
Sur vos appâts n'étend jamais son ombre ;
Tous les temps, aimables vainqueurs,
Sont marqués par vos faveurs.
Permettez, astre du jour, etc.

(On danse.)

Première et Deuxième Gavotte
pour les Péruviens et les Péruviennes


(La fête est troublée par un tremblement de terre.)

Tremblement de terre


Chœur
Dans les abîmes de la terre,
Les vents se déclarent la guerre !

(L'air s'obscurcit, le tremblement redouble, le volcan s'allume, et jette par tourbillons du feu et de la fumée.)

Chœur
Les rochers embrasés s'élancent dans les airs,
Ils portent jusqu'aux cieux les flammes des enfers.

(L'épouvante saisit les Péruviens, ils se dispersent, Huascar arrête Phani, et le tremblement de terre semble s'apaiser.)

Scène 5
Phani, Huascar, Dom Carlos

Huascar, à Phani qui traverse le théâtre en fuyant
Arrêtez. Par ces feux
le ciel vient de m'apprendre,
Qu'à son arrêt il faut vous rendre ;
Et l'hymen...

Phani
Qu'allez-vous encore me révéler !
Ô jour funeste ! Dois-je croire
Que le ciel, jaloux de sa gloire,
Ne s'explique aux humains
qu'en les faisant trembler ?

Huascar, arrêtant encore Phani
Vous fuyez, quand les Dieux
daignent vous appeler !
Eh bien, cruelle, eh bien !
vous allez me connaître,
Suivez l'Amour jaloux...

Phani
Ton crime ose paraître !
Huascar
Que l'on est criminel lorsque l'on ne plaît pas !
Du moins en me suivant évitez le trépas…
Ici je vois partout l'affreuse mort suivie
D'un redoutable embrasement !
Chaque instant peut de votre vie
Devenir le dernier moment.
(à Phani)
Quoi ! plus que le péril mon amour vous étonne ?
C'est trop me résister…

Phani
Ô ciel ! Entends mes vœux !
Huascar
C'est aux miens qu'il vous abandonne.

Dom Carlos
Tu t'abuses, barbare !

Phani
Ah ! Carlos, je frissonne !
Le Soleil jusqu'au fond des antres les plus creux
Vient d'allumer la terre,
et son courroux présage...

Dom Carlos
Princesse, quelle erreur !
C'est le ciel qu'elle outrage.
Cet embrasement dangereux
Du Soleil n'est point l'ouvrage ;
(montrant Huascar)
Il est celui de sa rage.
Un seul rocher jeté dans ces gouffres affreux,
Y réveillant l'ardeur de ces terribles feux,
Suffit pour exciter un si fatal ravage.
Le perfide espérait vous tromper dans ce jour,
Et que votre terreur servirait son amour.
Sur ces monts mes guerriers punissent ses complices,
Ils vont trouver dans ces noirs précipices
Des tombeaux dignes d'eux…
(à Huascar)
Mais il te faut
de plus cruels supplices.
(à Phani)
Accordez votre main à son rival heureux,
C'est là son châtiment :

Huascar
Ciel !
Qu'il est rigoureux.
(Ensemble.)

Phani et Dom Carlos
Pour jamais, l'amour nous engage,
Non, non, rien n'est égal à ma félicité !
Ah ! Mon cœur a bien mérité
Le sort qu'avec vous il partage.

Huascar
Non, rien n'égale ma rage !
Je suis témoin de leur félicité !
Faut-il que mon cœur irrité
Ne puisse être vengé d'un si cruel outrage ?

(Le volcan se rallume et le tremblement de terre recommence.)

Huascar
La flamme se rallume encore...
Loin de l'éviter, je l'implore...
Abîmes embrasés, j'ai trahi les autels.
Exercez l'emploi du tonnerre ;
Vengez les droits des immortels ;
Déchirez le sein de la terre ;
Sous mes pas chancelants,
Renversez, dispersez ces arides montagnes ;
Lancez vos feux dans ces tristes campagnes,
Tombez sur moi, rochers brûlants.

(Le volcan vomit des rochers enflammés qui écrasent le criminel Huascar.)

Deuxième Entrée :

Le Turc généreux


Le théâtre représente les jardins d'Osman, terminés par la mer.

Scène 1
Émilie, Osman

Ritournelle


Émilie, à part
C'est Osman qui me suit,
ne lui cachons plus rien ;
Pour arrêter son feu,
découvrons-lui le mien.

Osman, à Émilie
Chercherez-vous toujours et l'ombre et le silence ?

Émilie
Je voudrais de mes maux cacher la violence.

Osman
Ciel ! Qu'entends-je !

Émilie
Apprenez mon destin rigoureux.
Dans le séjour témoin de ma naissance,
J'épousais un amant digne de ma constance ;
Sur un bord solitaire on commençait les jeux :
Lorsque des ravisseurs perfides
S'avancent le fer à la main ;
La terreur un instant ferme
mes yeux timides,
Ils ne s'ouvrent qu'aux cris
d'un corsaire inhumain,
Bientôt les vents et le ciel même ;
Complices de son crime, éloignent ses vaisseaux,
Et je me vois captive sur les eaux,
Près de ce que j'abhorre, et loin de ce que j'aime.

Osman
Qu'en peignant vos malheurs vous redoublez mes maux !
Dissipez vos ennuis sur cet heureux rivage.

Émilie
J'y subis, sous vos lois, un second esclavage.

Osman
Me reprocherez-vous de gêner vos désirs ?
L'unique loi qu'ici vous prescrit ma tendresse ?
C'est de permettre aux plaisirs
De vous y suivre sans cesse ;
Répondez à mes vœux ; couronnez mes soupirs.

Émilie
Contre mes ravisseurs, ardent à me défendre,
Mon amant a risqué ses jours ;
Lorsque pour prix de son secours
Peut-être un coup fatal l'a forcé de descendre
Dans l'affreuse nuit du tombeau,
Mon cœur ingrat, d'un feu nouveau
Se laisserait surprendre !

Osman
Ah !
Que me faites-vous entendre ?
C'est trop m'accabler par vos pleurs.
Cessez d'entretenir d'inutiles ardeurs.
Il faut que l'Amour s'envole
Dès qu'il voit partir l'espoir.
A l'ennui la constance immole
Le cœur qui s'en fait un devoir.
Il faut que l'Amour s'envole
Dès qu'il voit partir l'espoir.
Je vous quitte, belle Émilie,
Songez que le nœud, qui vous lie,
Vous cause chaque jour des tourments superflus ;
Vous aimez un objet que vous ne verrez plus.

Scène 2

Émilie
Que je ne verrai plus !... Barbare,
Que me présage ce discours ?
Ah ! Si de mon amant le trépas me sépare
Si mes yeux l'ont perdu,
mon cœur le voit toujours.

(Le ciel se couvre de nuages sombres, les vents sifflent, les flots s'élèvent.)

La nuit couvre les cieux ! Quel funeste ravage !
(L'obscurité et la tempête redoublent.)
Vaste empire des mers, où triomphe l'horreur,
Vous êtes la terrible image
Du trouble de mon cœur.
Des vents impétueux vous éprouvez la rage,
D'un juste désespoir j'éprouve la fureur.
Vaste empire des mers, où triomphe l'horreur,
Vous êtes la terrible image
Du trouble de mon cœur.
(La tempête continue avec la même violence.)

Chœur de Matelots qu'on ne voit point
Ciel ! De plus d'une mort
nous redoutons les coups !
Serons-nous embrasés par les feux du tonnerre ?
Sous les ondes périrons-nous
À l'aspect de la terre !

Émilie
Que ces cris agitent mes sens !
Moi-même je me crois victime de l'orage.
(La tempête diminue, et la clarté revient.)
Mais le ciel est touché de leurs périls pressants,
Le ciel, le juste ciel calme l'onde et les vents ;
Je souffrais dans le port les tourments du naufrage.

Chœur de Matelots derrière le théâtre
Que nous sert d'échapper à la fureur des mers ?
En évitant la mort, nous tombons dans les fers.

Émilie
De malheureux captifs vont partager mes peines
Dans ce redoutable séjour...
S'ils sont amants, ah ! Que l'amour
Va gémir sur ces bords dans de barbares chaînes !

Scène 3
Émilie, Valère en esclave

Émilie, à part
Un de ces malheureux approche en soupirant !...
Hélas ! Son infortune est semblable à la mienne ?
Quel transport confus me surprend ?
Parlons-lui.
Ma patrie est peut-être la sienne.
(l'abordant)
Étranger, je vous plains...
(le reconnaissant)
Ah ! Valère ! C'est vous !

Valère
C'est vous ! Belle Émilie !

Émilie
Ah ! Valère ! C'est vous !

Valère
C'est vous ! Belle Émilie !
Je vous revois !
Que de malheurs j'oublie !
De mon cruel destin je ne sens plus les coups.

Émilie
Par quel sort aujourd'hui jeté sur cette rive...

Valère
Depuis l'instant fatal qui nous a séparés,
Dans cent climats divers mes soupirs égarés.
Vous cherchent nuit et jour...
je vous trouve captive.

Émilie
Et ce n'est pas encore mon plus affreux malheur.

Valère
Ô ciel ! Achevez.

Émilie
Non, suspendez ma douleur :
De votre sort daignez enfin m'instruire.

Valère
Un maître que je n'ai point vu,
Dans ce palais m'a fait conduire...

Émilie
Votre maître est le mien.

Valère
Ô bonheur imprévu !

Émilie
Valère, quelle erreur peut ainsi vous séduire :
Mon tyran m'aime...

Valère
Ô désespoir !
Non, vous ne sortirez jamais de son pouvoir.
Quoi ? Valère ne vous retrouve
Que pour vous perdre pour toujours ?
Notre tyran vous aime !

Émilie
Eh ! Ma douleur le prouve,
Je ne demandais pas ce triomphe à l'Amour.

Valère
Ah ! Sait-on vous aimer dans ce cruel séjour !
Sur ces bords une âme enflammée
Partage ses vœux les plus doux ;
Et vous méritez d'être aimée
Par un cœur qui n'aime que vous.

Scène 4
Émilie, Valère en esclave, Osman

Émilie, à Valère
Il vous entend, hélas !
Comment fuir sa colère ?

Osman, à Émilie
Ne craignez rien ; je dois trop à Valère ;
(montrant Valère)
Osman fut son esclave, et s'efforce aujourd'hui
D'imiter sa magnificence...
Dans ce noble sentier, que je suis loin de lui ;
Il m'a tiré des fers
sans me connaître...

Valère, l'embrassant
Mon cher Osman, c'est vous !
(à Émilie)
Osman était mon maître.

Osman
Je vous ai reconnu sans m'offrir à vos yeux ;
J'ai fait agir pour vous mon zèle et ma puissance.
(Les vaisseaux de Valère avancent et paraissent chargés des présents du Bacha, portés par des esclaves africains.)
Vos vaisseaux sont rentrés sous votre obéissance.

Valère
Que vois-je ! Ils sont chargés de vos dons précieux !
Que de bienfaits !

Osman
Ne comptez qu'Émilie.

Valère
Ô Triomphe incroyable ! Ô sublime vertu !

Émilie, à Osman
Ne craignez pas que je l'oublie.

Osman
Estimez moins un cœur
qui s'est trop combattu.

(On entend les tambourins des Matelots de Valère.)

Osman, avec douleur
J'entends vos matelots. Allez sur vos rivages,
Mes ordres sont donnés... allez, vivez contents...
Souvenez-vous d'Osman...

Valère, l'arrêtant
Recevez nos hommages.

Émilie, à Osman
Écoutez ...

Osman
(hésitant)
Quoi ! ... Mais, non,
(s'en allant)
C'est souffrir trop longtemps,
C'est trop à vos regards offrir
mon trouble extrême...
Je vous dois mon absence,
et la dois à moi-même.

Scène 5
Émilie, Valère, Provençaux et Provençales, Esclaves africains d'Osman

Marche pour les Matelots provençaux et Matelotes provençales et les Esclaves africains


Émilie et Valère, ensemble
Volez Zéphires, volez tendres amants de Flore ;
Si vous nous conduisez,
tous nos vœux sont remplis.
Rivages fortunés de l'empire des Lys,
Ah ! Nous vous reverrons encore.

Chœur
Volez Zéphires, volez tendres amants de Flore ;
Si vous nous conduisez,
tous nos vœux sont remplis.
Rivages fortunés de l'empire des Lys,
Ah ! Nous vous reverrons encore.

(Danse de Matelots.)

Air pour les Esclaves africains

Premier et Deuxième Rigaudon pour les Matelots provençaux et Matelotes provençales


Émilie
Fuyez, fuyez, vents orageux.
Calmez les flots amoureux,
Ris et jeux.
Charmant plaisir, fais notre sort
Dans la route comme au port.
Si quittant le rivage,
La raison fait naufrage,
Thétis dans ce beau jour,
N'en sert que mieux l'Amour.
Fuyez, fuyez, vents orageux, etc.

(On danse.)

Premier et Deuxième Tambourin pour les Matelots provençaux et Matelotes provençales


Émilie
Régnez, Amour, régnez, ne craignez pas les flots ;
Vous trouverez sur l'onde un aussi
doux repos
Que sous les myrtes de Cythère.
Régnez, Amour, régnez,
ne craignez pas les flots ;
Ils ont donné le jour à votre aimable mère.

(On danse.)

Émilie et le Chœur
Partez, on languit sur le rivage,
Tendres cœurs, embarquez-vous :
Voguez, bravez les vents et l'orage,
Que l'espoir vous guide tous.
Partez, etc.

Troisième Entrée :
Les Sauvages


Le théâtre représente un bosquet d'une forêt de l'Amérique, voisine des colonies françaises et espagnoles, où doit se célébrer la cérémonie du grand calumet de paix.

Scène 1

(On entend les fanfares des trompettes françaises.)

Ritournelle


Adario, commandant les guerriers de la nation sauvage
Nos guerriers, par mon ordre unis à nos vainqueurs,
Vont ici de la paix célébrer les douceurs ;
Mon cœur seul dans ces lieux trouve encore des alarmes :
J'y vois deux étrangers illustres par les armes,
Épris de l'objet de mes vœux ;
Je crains leurs soupirs dangereux,
Et que leur sort brillant,
pour Zima n'ait des charmes.

Rivaux de mes exploits, rivaux de mes amours,
Hélas ! Dois-je toujours
Vous céder la victoire ?
Ne paraissez-vous dans nos bois
Que pour triompher à la fois
De ma tendresse et de ma gloire ?
Rivaux de mes exploits, etc.

(les apercevant)
Ciel ! Ils cherchent Zima...
Voudrait-elle changer ?
Cachons-nous, apprenons ce que je dois en croire ;
Sachons et si je dois, et sur qui me venger.

(Adario se cache à l'entrée de la forêt, et les observe.)

Scène 2
Damon, Dom Alvar, Adario caché

Alvar
Damon, quelle vaine espérance
Sur les pas de Zima vous attache aujourd'hui !
Vous outragez l'Amour et vous comptez sur lui !
Croyez-vous ses faveurs le prix de l'inconstance !

Damon
L'inconstance ne doit blesser
Que les attraits qu'on abandonne :
Non, le fils de Vénus ne peut pas s'offenser
Lorsque nous recevons tous les fers qu'il nous donne.
Un cœur qui change chaque jour,
Chaque jour fait pour lui des conquêtes nouvelles ;
Les fidèles amants font la gloire des belles,
Mais les amants légers font celle de l'Amour.

Dans ces lieux fortunés, c'est ainsi que l'on pense ;
De la tyrannique constance
Les cœurs n'y suivent point les lois.
Alvar, apercevant Zima
Tout les prescrit au mien, c'est Zima que je vois.

Scène 3
Zima, Damon, Dom Alvar, Adario caché

Alvar, à Zima
Ne puis-je vous fléchir par ma persévérance ?

Damon, à Zima
Ne vous lassez-vous point de votre indifférence ?

Zima Vous aspirez tous deux à mériter mon choix ;
Apprenez quel amour sait plaire dans nos bois.
Nous suivons sur nos bords l'innocente nature,
Et nous n'aimons que d'un amour sans art.
Notre bouche et nos yeux ignorent l'imposture ;
Sous cette riante verdure,
S'il éclate un soupir, s'il échappe un regard,
C'est du cœur qu'il part.
Nous suivons sur nos bords l'innocente nature,
Et nous n'aimons que d'un amour sans art.

Alvar et Damon
Vous décidez pour moi ;
j'obtiens votre suffrage ;
Ah ! Quel heureux instant !

Alvar
La nature qui seule attire votre hommage
Nous dit qu'il faut être constant...

Damon
Elle prouve à nos yeux qu'il faut être volage.

La terre, les cieux, et les mers
Nous offrent tour-à-tour cent spectacles divers ;
Les plus beaux jours entre eux ont de la différence ;
N'est-il défendu qu'à nos cœurs
De goûter les douceurs
Que verse par tout l'inconstance ?

(à Zima)
Voilà vos sentiments : dans vos sages climats
L'inconstance n'est point un crime.

Zima
Non, mais vous oubliez, ou vous ne savez pas
Dans quel temps l'inconstance est pour nous légitime.

Le cœur change à son gré dans cet heureux séjour ;
Parmi nos amants c'est l'usage
De ne pas contraindre l'Amour ;
Mais dès que l'hymen nous engage,
Le cœur ne change plus dans cet heureux séjour.

Alvar, montrant Damon
L'habitant des bords de la Seine
N'est jamais moins arrêté
Que lorsque l'hymen l'enchaîne ;
Il se fait un plaisir de sa légèreté ;
Et pour l'épouse la plus belle
Il rougirait d'être fidèle.

Damon, montrant Alvar
Les époux les plus soupçonneux,
Du Tage habitent les rives,
Là mille beautés plaintives
Reçoivent de l'hymen des fers et non des nœuds ;
Vous ne voyez jamais autour de ces captives
Voltiger les ris et les jeux.

Belle Zima, craignez un si triste esclavage...

Alvar, à Zima
Cédez, cédez enfin à mes soins empressés.

Zima
Je ne veux d'un époux ni jaloux ni volage.
(à l'Espagnol)
Vous aimez trop,
(au Français)
Et vous, vous n'aimez pas assez.

Scène 4
Zima, Damon, Alvar, Adario sortant avec vivacité de la forêt

(Zima charmée de son transport lui présente la main.)


Alvar, les apercevant
Que vois-je ?

Zima
C'est l'amant que mon cœur vous préfère.

Alvar, à Zima
Osez-vous prononcer un arrêt si fatal !

Zima
Dans nos forêts on est sincère.

Alvar, montrant Adario
Je saurai m'immoler un odieux rival

Adario, fièrement à Alvar
Je craignais ton amour, je crains peu ta colère.

Alvar, l'approchant
C'en est trop.

Damon, arrêtant Alvar
Arrêtez.

Alvar, surpris
Damon, y pensez-vous.
Quoi, c'est vous qui prenez contre moi sa défense !

Damon, à Alvar
J'ai trop protégé l'inconstance
Pour ne pas m'opposer à l'injuste courroux
Qui vous est inspiré par la persévérance.
(On entend un prélude qui annonce la fête.)
Déjà, dans les bois d'alentour
J'entends de nos guerriers
les bruyantes trompettes,
Leurs sons n'effrayent plus ces aimables retraites ;
Des charmes de la paix ils marquent le retour.
(à Alvar)
À vos tristes regrets dérobez ce beau jour ;
Que le plaisir avec nous vous arrête.

Alvar, en s'éloignant
Hélas ! Je vais cacher un malheureux amour !

Damon, le suivant
Venez plutôt l'amuser à la fête.

Scène 5
Adario, Zima

Adario
Je ne vous peindrai point les transports de mon cœur,
Belle Zima, jugez-en par le vôtre.
En comblant mon bonheur
Vous montrez qu'une égale ardeur
Nous enflamme l'un et l'autre.

Zima
De l'amour le plus tendre éprouvez la douceur,
Je vous dois la préférence,
De vous à vos rivaux je vois la différence.
L'un s'abandonne à la fureur,
Et l'autre perd mon cœur avec indifférence ;
Nous ignorons ce calme et cette violence.

Sur nos bords l'Amour vole et prévient nos désirs.
Dans notre paisible retraite
On n'entend murmurer que l'onde et les zéphires ;
Jamais l'écho n'y répète
De regrets ni de soupirs.
Sur nos bords l'Amour vole et prévient nos désirs.

Adario
Viens, Hymen, hâte-toi, suis l'Amour qui t'appelle.

(Ensemble.)

Adario et Zima
Hymen, viens nous unir d'une chaîne éternelle ;
Viens encore de la Paix embellir les beaux jours ;
Je te promets d'être fidèle ;
Tu sais nous enchaîner et nous plaire toujours.

Scène 6
Zima, Adario, Françaises en habits d'Amazones, Guerriers français et sauvages, Sauvagesses, Bergers de la colonie

Adario, aux Sauvages
Bannissons les tristes alarmes,
Nos vainqueurs nous rendent la paix :
Partageons leurs plaisirs,
ne craignons plus leurs armes ;
Sur nos tranquilles bords qu'Amour seul à jamais
Fasse briller ses feux, vienne lancer ses traits.

Chœur des Sauvages
Bannissons, etc

Danse du grand calumet de la paix en rondeau pour les Sauvages

Zima et Adario
Forêts paisibles,
Jamais un vain désir ne trouble ici nos cœurs :
S'ils sont sensibles,
Fortune, ce n'est pas au prix de tes faveurs.

Chœur des Sauvages
Forêts paisibles, etc.

Zima et Adario
Dans nos retraites,
Grandeur, ne viens jamais
Offrir tes faux attraits ;
Ciel ! Tu les as faites
Pour l'innocence et pour la paix.

Chœur des Sauvages
Forêts paisibles, etc.

Zima et Adario Jouissons dans nos asiles,
Jouissons des biens tranquilles :
Ah ! Peut-on être heureux
Quand on forme d'autres vœux ?

Chœur des Sauvages
Forêts paisibles, etc.

(Danse des Françaises en Amazones.)

Premier et Deuxième Menuet pour les Guerriers français et les Françaises en habits d'amazones

Zima
Régnez, plaisirs et jeux ; triomphez dans nos bois :
Nous n'y connaissons que vos lois.
Tout ce qui blesse
La tendresse
Est ignoré dans nos ardeurs.
La nature qui fit nos cœurs
Prend soin de les guider sans cesse.
Régnez, plaisirs et jeux ; triomphez dans nos bois :
Nous n'y connaissons que vos lois.

(L'Entrée finit par un ballet général de guerriers français et sauvages, de Françaises en Amazones, de bergers et bergères de la colonie, au bruit des trompettes et au son des musettes.)

Chaconne pour tous les Guerriers français et sauvages, les Sauvagesses, les Françaises en habits d'amazones, les Bergers et les Bergères de la colonie

list   operone